La Trinité

(Propositions pour une foi contemporaine)

 

La Trinité, c’est l’idée que Dieu est « Père, Fils et Saint Esprit », certains disent comme trois personnes en un. Pour beaucoup de chrétiens, c’est un dogme indispensable, comme quelque chose qui définit la foi chrétienne. (Ainsi pour faire partie du « Conseil Oecuménique des Eglises », il est dit qu’il faut « croire dans le Dieu trinitaire ».

En fait, il y a des chrétiens qui ne sont pas trinitaires, en particulier les « unitariens », Eglise protestante surtout présente aux Etats Unis, eux militent pour un Dieu absolument unique et ne veulent pas d’une doctrine qui ferait penser qu’on aurait trois dieux.

Là où ils sont raison, c’est d’abord que la Trinité n’est pas une notion directement biblique, c’est une doctrine qui a été élaborée autour du 3e siècle après Jésus-Christ, c’est un développement de l’Eglise, pas une doctrine évangélique ou enseignée par Jésus lui-même. Ensuite, même si on veut croire dans la Trinité, il ne faudrait pas en arriver à être tri-théiste. La Trinité ne veut pas dire qu’on aurait trois dieux, mais que Dieu peut se présenter à nous sous différentes formes, parce que Dieu, c’est une réalité complexe, et une seule idée sur lui ne suffit pas, il en faut plusieurs pour bien comprendre qui il est, alors pourquoi pas trois. Les Musulmans qui critiquent beaucoup la doctrine chrétienne de la Trinité justement au nom du Dieu unique disent qu’il y a 99 noms de Dieu, c’est pire que nous ! Il ne faut pas dire donc vraiment qu’il y ait trois personnes en Dieu, mais plutôt trois façons de se présenter à nous.

Que Dieu soit Père est déjà intéressant.

Le père idéal, il a plusieurs fonctions, et c’est ce qu’on attribue à Dieu :

- Il est le géniteur. En ce sens, cela veut dire que Dieu est notre créateur, il est à l’origine du monde et de toute choses (visibles et invisibles)

- Il est celui qui aime l’enfant. En ce sens, un père adoptif est considéré comme pleinement père. Le père, ou la mère aime son enfant d’une façon inconditionnelle. Ainsi Dieu nous aime dès notre naissance et quoi que l’on fasse, il peut être contrarié, mais toujours il nous aime et nous aimera, c’est comme ça.

- Et puis, le père, c’est celui qui donne des règles, il éduque. Dieu aussi, certes, il nous aime, mais il a aussi des projets pour nous et nous donne des règles, il nous éduque pour que nous devenions des chrétiens adultes les mieux possibles.

Que Dieu soit « saint esprit » n’est pas très compliqué non plus.

On dit que Dieu est esprit (Jean 4:24), et Dieu n’a pas de corps, donc Dieu n’est qu’esprit, et l’esprit de Dieu, c’est Dieu. Il n’y a donc pas de différence entre Dieu et l’Esprit Saint, c’est bien la même réalité.

Sauf qu’on parle de Dieu comme « Esprit » quand on veut bien insister sur le fait qu’il n’a pas de corps, que ce n’est pas une personne, pas un être humain, mais une présence subtile.

Et puis, dans la Bible, l’esprit, c’est le souffle vital (« esprit » et « souffle » sont le même mot en hébreu, comme ne grec : « Pneuma » (mot que l’on retrouve ne français dans « pneumatique » quelque chose qui est rempli d’air...). Quand Dieu crée l’homme on dit qu’il met son souffle dans sa narine. Donc parler de Dieu comme saint Esprit, c’est le concevoir comme une force de vie, de création, de renouvellement, le Saint Esprit, c’est Dieu en tant qu’il est à l’œuvre dans le monde pour donner de la vie et pousser vers un monde meilleur.

Reste que Dieu soit « Fils », là c’est plus compliqué, parce que certains pensent que ça veut dire que Jésus (qu’on appelle souvent le « Fils de Dieu ») est Dieu lui-même. Nous avons vu que dit comme ça, ça n’est pas juste. Jésus-Christ n’est pas Dieu seulement sous une forme humaine, mais Dieu uni à un homme, ou un homme plein de Dieu. Dons dans « fils », ce qu’il faut entendre quand on parle de la Trinité,  c’est la dimension divine qui est en Jésus Christ. Le divin qui est en Jésus, ce n’est pas une petite partie de Dieu (comme pour nous), mais Dieu tout entier. Donc Dieu se révèle, se montre en Jésus Christ, et Jésus était tellement uni à Dieu que quand il parlait, c’était comme si Dieu lui-même avait pu parler avec nos mots. Le Fils de la Trinité, ce n’est donc pas le « Jésus de l’histoire », avec sa barbe et ses sandales, mais sa dimension divine. Et une fois mort, son corps disparaît, il ne reste donc que son esprit, et là on peut dire peut être que le Christ ressuscité, il est assimilable à Dieu.

Quoi qu’il en soit, dire que Dieu est fils, c’est dire que c’est un Dieu qui ne reste pas bien là haut dans son Ciel loin des hommes, pas un Dieu qui nous aime de loin, mais un Dieu qui vient vers nous, qui nous aime, qui se révèle, qui nous parle etc... Et c’est vrai que cela il l’a fait en particulier en Jésus-Christ.

La doctrine de la Trinité, tout en n’étant pas vraiment biblique est donc une assez bonne chose, mais elle comporte tellement de risques de mauvaise interprétation qu’elle peut induire en erreur bien des croyants qui se croient obligés de croire des choses curieuses comme le fait que Jésus serait tout simplement Dieu, ou qu’il y aurait trois personnes en Dieu. Certains hommes d’Eglise disent qu’il ne faut pas chercher à comprendre, que c’est « le mystère de la foi ». C’est faux, tout cela, bien compris est extrêmement rationnel... Mais même si, bien comprise, la doctrine de la Trinité est bonne, il n’y a pas d’obligation à entrer dans cette logique.

 

Retour à la page: Catéchismes et Ecoles Bibliques