C'est à Vézelay, dans une famille noble et riche, que Théodore de Bèze naît le 24 Juin 1519. Il est à Bourges (1528- 1535) l'élève de Melchior Wolmar, un des humanistes les plus célèbres de l'époque. Puis il étudie le droit à Orléans.

Melchior Wolmar a révélé au jeune homme les idées de la Réforme. Bèze manifeste d'abord une sympathie active pour les idées nouvelles. Mais sa vie est totalement transformée par l'appel de Dieu. Il raconte lui-même comment des tourments infinis du corps et de l'âme l'amènent à réfléchir sur sa condition et à consacrer sa vie au service de Dieu.

Partant en exil volontaire, Bèze arrive à Genève le 24 Octobre 1548 et entre aussitôt en relation avec Calvin. Mais c'est d'abord à Lausanne, avec Pierre Viret, qu'il travaille pendant 10 ans. Il enseigne le grec, explique le Nouveau Testament, participe activement à la vie de la cité.

En Septembre 1558, Bèze quitte Lausanne et s'installe à Genève. Il aide à l'organisation de l'Académie de Genève dont il devient recteur en 1559. A partir de 1560, Bèze entre en conflit avec les luthériens au sujet de la cène et de la christologie. Proche collaborateur de Calvin, celui-ci lui confiera souvent d'importantes missions et Bèze dirige la délégation réformée au Colloque de Poissy en 1561. A la mort de Calvin (1564), Théodore de Bèze devient Modérateur de la Compagnie des Pasteurs, il dirige officiellement l'Église de Geneve jusqu'en 1580. De 1580 à sa mort, il en demeure l'inspirateur et le guide.

L'oeuvre littéraire de de Bèze est importante. Poète, exégète, théologien, prédicateur, historien, il a beaucoup écrit. On lui doit Abraham sacrifiant (1550), une tragédie en français, une Confession de foi, une traduction latine annotée du Nouveau Testament et surtout une traduction des Psaumes qui fera référence.

Théodore de Bèze a été pendant les guerres de religion le chef spirituel des Huguenots.

 

Ces notes sont tirées du site Soli Deo Gloria

Pour une courte histoire du Protestantisme (lire)