La Genèse

Leçon pour Ecole Biblique (enfants de 8 à 12 ans)

Ce dessous, de simples notes pédagogiques, sans autre prétention que de donner des pistes de lecture pour les adultes voulant initier des enfants à la lecture des textes cités.

Elles seront perfectionnées au fur et à mesure, et complétées d'éléments pédagogiques d'animation.

 

 

La lutte de Jacob avec l'ange

 

Avant de lire le texte, il faut raconter le contexte : Jacob réussit à obtenir la bénédiction de son père, (en l’achetant contre un plat de lentilles, puis en se déguisant pour se faire passer pour son frère). Mais la façon étant quelque peu malhonnête, son frère Esaü est fâché et veut le tuer. Rebecca, sa mère, lui conseille d’aller quelque temps chez son oncle Laban pour être à l’abri. Jacob tombe amoureux de la fille cadette Rachel. Son oncle lui propose sa main contre 7 ans de travail (Gen. 29:15-19).

Au bout de 7 ans ; Jacob croit pouvoir être libre avec Rachel, mais Laban revient sur sa décision et lui demande d’épouser d’abord l’ainée, Léa, avant la cadette (c’était l’usage que l’aînée soit mariée d’abord). Jacob doit re-travailler pendant 7 ans pour pouvoir épouser Rachel.

Mais Laban lui a dit qu’il pourrait partir alors avec les brebis tachetées ; pendant ces 7 ans, il s’arrange pour que les brebis tachetées soient les plus belles et que les autres soient chétives. Il part ainsi avec toute le meilleur. Laban est furieux, et Jacob s’enfuit avec ses femmes Rachel et Léa, les deux servantes (il en aura 12 enfants en tout) et son beau troupeau.

En chemin il arrive un épisode important.

 

 

Ange-Jacob

 La lutte de Jacob avec l'ange

Lire : Gen 32:25-33

Jacob se bagarre avec quelqu’un, on découvre petit à petit qu’en fait, c’est un ange, ou Dieu lui-même. (Puisqu’il lui demande de le bénir, c’est Dieu qui béni, et il dit : « j’ai vu Dieu face à face »).
Il en sort béni mais un peu boiteux. Et après ça il pourra se réconcilier avec Laban et son frère.

1. La tradition dit que c’était un ange, et « ange » veut dire « messager », « porte parole ». Pour nous la parole de Dieu, on la trouve dans la Bible. Et donc on peut se bagarrer avec les textes bibliques : essayer de comprendre, ne pas être d’accord, discuter. On n’est pas forcé de dire « oui amen » à tout ce qu’on lit dans la Bible. Discuter, c’est bien, ça permet de réfléchir, d’argumenter, il faut se confronter au texte. On en sort béni, et en fait c’est Dieu qu’on rencontre dans ces moments même si on ne s’en rend pas compte.

Et on peut se bagarrer avec Dieu. C’est possible dans deux sens : quand on n’est pas content quand on a de la colère, on peut le dire à Dieu, on peut discuter avec lui. Et dans l’autre sens, Dieu parfois nous contrarie. Ou notre conscience, notre meilleur moi nous montre qu’on a mal fait. On peut en sortir alors comme Jacob un peu boiteux, un peu blessé (dans notre orgueil ?) On comprend qu’en fait parfois on a mal fait, qu’on n’est pas si parfait que ça. Jacob, lui, avant ne se remettait pas en cause, il pensait avoir toujours raison et que la violence qu’il subissait n’était qu’injustice. Là, il finit par admettre qu’il n’était pas parfait. C’est  sans doute grâce à ça qu’il pourra avoir des meilleures relations avec les autres et se réconcilier avec son frère. Si on se présente aux autres comme si on était parfait et comme si on savait tout, ca empêche d’avoir de bonnes relations.

C’est le sens de la confession des péchés dans la culte (et notre prière quotidienne) : trouver un peu d’humilité ça permet de se réconcilier avec soi, avec Dieu et avec les autres.

Lire : Gen. 33:1-4

La réconciliation de Jacob et d'Esaü:

Jacob n'essaye pas de se justifier, ni de s'expliquer, ni de dire que c'est de la faute de l'autre, juste il va vers son frère et l'embrasse.

 

 

Retour à la page: Catéchismes et Ecoles Bibliques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reconciliation

Réconciliation de Jacob et Esaü