Premier livre des Rois

Leçon pour Ecole Biblique (enfants de 8 à 12 ans)

Ce dessous, de simples notes pédagogiques, sans autre prétention que de donner des pistes de lecture pour les adultes voulant initier des enfants à la lecture des textes cités.

Elles seront perfectionnées au fur et à mesure, et complétées d'éléments pédagogiques d'animation.

 

 

Le roi Salomon

 

1 Rois 1:1

David est très vieux...

 

1 Rois 1:38-40

Salomon est oint roi. (On peut rappeler que pour les personnages importants: rois, prêtres et prophètes, dans l'Ancien Testament, on les instituait en leur versant de l'huile sur la tête. Cette huile symbolisait la présence de Dieu, pour dire que la personne règnait, agissait ou parlait au nom de Dieu. Ce geste s'appelle l'"onction". Et celui qui l'avait reçue était dit "oint", (ce qui se dit "messie" en hébreu, et "christ" en grec).

 

Salomon songe

Salomon se réveillant de son songe

1 Rois 2:10-12

David meurt et son fils Salomon (2e fils que David a eu  avec Betsabée ) prend la succession.

 

1Rois 3 : 4-15  Salomon demande la sagesse

Le sacrifice, c’était leur manière à l’époque d’adorer Dieu, comme pour nous d’aller au culte, de lire la Bible ou de prier. Il n’y avait pas de temple, alors le faisaient sur des « hauts lieux » : au sommet des montagnes, ils mettaient un autel de pierre pour faire les sacrifices. Un « holaucauste », c’était un sacrifice ou l’animal était entièrement brûlé, comme montant totalement pour Dieu dans la fumée.

Mais les prophètes, et Jésus ont dit justement que Dieu se fiche un peu qu’on lui tue un chevreau ou qu’on le brûle, ce qu’il veut, c’est l’amour qu’on aime son prochain de tout son cœur, et Dieu aussi.

A l’époque, on pensait que Dieu parlait dans les songes (rêves). Là, veut dire donc que Salomon comprend quelque chose que Dieu lui dit. Comment Dieu nous parle aujourd’hui ? Pas en vrai avec des paroles, ni dans les rêves, mais parle dans notre cœur, directement en mettant des idées dans notre esprit. C’est ce que nous cherchons dans la prière : se connecter à Dieu pour qu’il nous transforme de l’intérieur.

Mais ce n’est pas immédiat : au verset 4, dit que Salomon a offert 1000 choses à Dieu avant d’entendre quelque chose de lui. Ca fait 3 ans si un par jour, ou 20 ans de cultes toutes les semaines. Il faut donc de la persévérance et de la patience, de la fidèlité, et adorer Dieu, le chercher, lui parler, lire la Bible, prier, pratiquer, même si on a l’impression qu’il ne répond pas, il vous dira ce qui est important au bon moment.

 

Le jugement de Salomon

Le jugement de Salomon

Qu'auriez vous demandé?

La richesse? La santé? La gloire? Non.

Salomon prend sa tâche au sérieux, il demande de l'intelligence et de la sagesse pour discerner le bien du mal pour bien gouverner, mais il ne demande rien pour lui personnellement. Il n’est pas égoïste et sa priorité, ce n’est pas lui, mais ce qu’il peut apporter aux autres, c’est un exemple de sagesse qui plaît à Dieu.

Dieu est content et l'exauce. Cela pose la question de savoir si Dieu l’aurait exaucé si il avait demandé la richesse pour lui ? On peut penser que non, non pas que Dieu lui aurait refusé, mais parce que Dieu donne ce qui est dans sa nature de donner. Or Dieu n’est pas un distributeur d’argent, ou de bonne santé. Dieu donne ce qui est dans sa nature de donner, et c’est des choses intérieures : la sagesse, l’intelligence, le courage, la consolation, l’esprit... Dieu ne donne pas des choses extérieures, mais intérieures.

 

1Roi 3:15-28 (à lire ou à raconter)  Le jugement de Salomon

Application pratique: le bébé restitué à la vraie mère.

De nouveau, c’est la qualité de « non-égoisme » qui est mis en avant. La meilleure est celle qui ne veut pas pour elle, mais qui privilégie l’autre.

Et de nouveau, on voit que quand on donne aux autres, on finit aussi par recevoir pour soi. (là le bébé qu’elle était prête à donner, et pour Salomon il reçoit finalement aussi la richesse qu’il n’avait pas demandé pour lui). Ce n’est pas faux, quand on donne aux autres, on finit par recevoir pour soi. Pas toujours au coup par coup, parfois, il y a de l’ingratitude, et l’amour ou le service n’est pas toujours bien reçu, mais au total sur une vie, c’est très vrai, on reçoit beaucoup de bien quand on décide de donner du bien aux autres. (Mais on ne peut pas le faire pour ça, sinon redevient égoïste et perd son sens).

 

Retour à la page: Catéchismes et Ecoles Bibliques