Le temple de l'Etoile

Le temple de l'Etoile

A deux pas de l'Etoile, une église chrétienne pour tous ceux qui veulent vivre ou transmettre leur foi intelligemment

Un temple protestant ouvert au plein coeur de Paris

Voir plus
Bienvenue

Bienvenue

Une communauté tolérante, des enfants et des jeunes en quantité, et deux bons pasteurs!

Communauté nombreuse avec beaucoup d'enfants et de familles

On est comme ça!

On est comme ça!

Un savant mélange entre la tradition et une théologie contemporaine et audacieuse

Joie, liberté et responsabilité autour de la réflexion sur ces belles pages de l'Evangile

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2015 JoomlaWorks Ltd.

 

Je voudrais dire ce que signifie pour moi « Jésus est le Christ ». Et pour cela je prendrai trois images : celle des Mages, celle de Joseph le « père » de Jésus et celle du roi Hérode.
 

- Les Mages.

Ils ont été les tout premiers à reconnaître Jésus comme le Christ. Et pourtant ils étaient païens. En fait c'est justement peut-être parce qu'ils étaient païens qu'ils ont été les premiers « chrétiens ». En effet, pour connaître et comprendre l'attraction que suscite Jésus-Christ, il faut, me semble-t-il, en avoir été éloigné, ou il faut s'en éloigner. Il faut emprunter le regard de l'étranger. Si je suis trop près de Jésus-Christ, ou plutôt si je suis trop près du Christianisme, je ne vois que des défauts, des tâches, des affirmations incompréhensibles. Au contraire, si je m'en éloigne, je ne vois en Jésus-Christ que des rayons de lumière et je sens au fond de moi-même l'irrésistible force, et aussi l'irrésistible pureté, d'une attraction, d'une fascination.

Ne me demandez pas pourquoi cette attraction, je me mettrais à discourir. Je dirai peut-être seulement ceci : Jésus me fascine parce qu'il a pensé sa vie et aussi sa mort comme un don à accomplir.
 

- Joseph.

Il s'est chargé d'un enfant qui n'était pas de lui. Et de même Simon de Cyrène s'est chargé d'une croix qui n'était pas la sienne. Moi aussi, tout comme Joseph, je ne sais pas si je pourrais jamais considérer Jésus-Christ comme étant « de moi ». Il me reste toujours un peu un étranger, comme pour Joseph je suppose. Je ne le comprends pas toujours très bien. Et je me sens moi-même toujours un peu étranger quand on me parle de lui et peut-être même quand je parle de lui. Oui je ne suis pas de ceux qui disent qu'ils ont « Christ en eux » et qu'ils sont « un avec le Christ ». Et pourtant j'ai décidé, comme Joseph, de me charger de lui. Pourquoi ? Parceque « lorsque le mystère devient trop fort, il faut obéir » (Saint-Exupéry). Et peut-être aussi parce que « le bonheur de l'homme n'est pas dans la liberté, mais dans l'acceptation d'un devoir » (André Gide).

Il faut accepter de se charger de causes qui ne sont pas à proprement parler les vôtres, lorsque l'on sent que si elles ne sont pas vôtres, c'est parce qu'elles vous dépassent. Servir le Christ ne m'élève pas, bien au contraire, cela me fait saisir le poids de ma médiocrité.
 

- Hérode.

Bien sûr, il n'a jamais confessé Jésus-Christ comme son Christ ou son Messie. Mais il savait néanmoins qu'il résistait à son empire. Et, par ce fait même, il lui reconnaissait une autorité. Il a d'abord cherché à supprimer Jésus-Christ comme on tente de supprimer une écharde dans sa chair. Puis il y a renoncé. Pour moi aussi, Jésus-Christ est celui qui me résiste. Il est mon Seigneur parce qu'il me résiste, incontournable : la crèche de Bethléem, la croix de Golgotha et la parabole des ouvriers de la onzième heure me résistent. Et elles me blessent dans ma volonté de puissance. En fait Jésus-Christ me résiste, mais il ne le fait ni comme une lourde porte, ni même comme une serrure dont je n'aurais pas la clé. Il me résiste comme un oiseau que je n'arrive pas à apprivoiser, comme un enfant qui pleure et que je n'arrive pas à raisonner, comme une faute que j'ai commise et que je n'arrive pas à oublier, comme la petite charnière d'un portillon entrouvert et que je ne me décide pas à pousser.

Alain Houziaux

Cette semaine

 > Pause-théo

Mercredi 7 décembre à 12h30

Par le pasteur Florence Blondon

 

> Atelier biblique régional

Jeudi 8 décembre à 9h45

« La foi envisagée et conjuguées » avec Sophie Schlumberger

Plus d’infos 

 

> Culte de Noël pour les enfants

Dimanche 11 décembre à 10h30

Prédication par les pasteurs Louis Pernot et Florence Blondon

> suivi d’un buffet partagé

> avec écoles bibliques et catéchismes jusqu’16h

Garderie assurée

programme à télécharger

 

> Culte du dimanche soir

Dimanche 11 décembre à 18h30

Prédication par les pasteurs Louis Pernot et Florence Blondon

La semaine prochaine

 

Et puis...

Cycle Biblique d'hiver

Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire pour participer au prochain cycle biblique qui démarre le mercredi 4 janvier 2017 à 20h.
>> Programme et renseignements

 

Newsletter de l'Étoile

logoNewsletter

Inscrivez-vous et recevez le planning mensuel directement sur votre boite mail

   

NOUVEAU !

Culte retransmis en direct 

youtube logoCertains cultes du dimanche matin sont retransmis en direct sur notre chaine youtube

 

Culte du dimanche 4 décembre, avec L. Pernot

 

Prédication express en vidéo:

L'essentiel de la prédication du dimanche en moins de 3 minutes!

 

youtube logoRetrouvez toutes nos vidéos sur la chaîne de l'Etoile et abonnez vous!

 

 La fièvre de la belle-mère, par Louis Pernot

 

La primauté de Pierre, par L. Pernot et F. Blondon

 

Les abeilles - par Louis Pernot

 

Bulletin

Téléchargez là le dernier bulletin de "la lettre de l'Etoile" pour la rentrée 2016

Lettre-Etoile1609.pdf

 

Téléchargez là le catalogue de toutes les activités 2016-2017 et renseignements pratiques

Activités 2016.2017.pdf

 

Culte du soir à 18h 30

C'est tous les dimanches

Un culte pour tous ceux qui ne peuvent pas venir le dimanche matin, un peu moins formel certainement, mais avec à peu près la même prédication que le matin normalement.

 

 

 Consultez ou téléchargez en pdf le planning prévisionnel pour l'année prochaine

iconePDF

Le planning de l'année 2016-2017

 

Consultez le
tableau des cultes